CMO LEADERS

L’open innovation: vers la croissance et au-delà

11 min
CMO LEADERS
temps de visionnage :
11 min

L’open innovation: vers la croissance et au-delà

Ecouter cet article
Partager cet article
No items found.
No items found.
En partenariat avec
Nous vivons une période de bouleversements inédits, et aujourd’hui plus que jamais, la collaboration entre les acteurs devient une priorité, même et surtout dans le monde de l’entreprise. Depuis plus de quinze ans, de nombreuses entreprises se familiarisent avec le concept d’open innovation, un écosystème pour développer leur stratégie de croissance. Il s’agit alors de mettre la collaboration au service de l’innovation.

Un nouveau regard sur l’innovation en entreprise

L’open innovation est une démarche dans laquelle une entreprise lie ses processus d’innovation, de recherche et de développement à des collaborateurs externes. C’est en quelque sorte une application de l’adage “l’union fait la force”.

Ensemble, entreprises et collaborateurs externes vont développer de nouvelles idées, de nouveaux concepts et des opportunités de business, pour rendre la proposition de valeur plus pertinente. Il ne s’agit pas d’améliorer l’existant (innovation incrémentale) mais bien d’agir pour bouleverser notre façon de produire, d’agir ou de proposer des services. On parle alors d’innovation de rupture.

Pourquoi une entreprise devrait-elle partager son savoir et sa recherche? 

L’heure n’est plus aux secrets des techniques et des brevets bien gardés ! L’open innovation, grâce à la collaboration, promet de nouvelles ressources exploitables pour l’ensemble des participants ; tous vont en tirer de nombreux bénéfices ! “Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin” dit le proverbe.

A travers la collaboration, l’innovation ouverte permet par exemple de favoriser la créativité et la co-création. Il peut paraître audacieux d’intégrer de nouveaux points de vues sur une organisation ou un produit, mais cela permet de stimuler la capacité d’innover et finalement de parvenir à de meilleurs produits et services.

Les entreprises peuvent choisir de co-innover pour plusieurs raisons : 

  • Rester compétitif, 
  • Réduire ses coûts en les partageant, 
  • Accéder à de nouveaux marchés et élargir son offre,
  • Accéder à de nouvelles technologies. 

Le partage d’innovation technologique ou sociétale permet la construction d’une communauté, pierre angulaire de l’open innovation.

Open Innovation-Marina Vassallo Rachline

Collaboration entreprises/startups : le combo gagnant !

Le modèle des grandes entreprises toutes puissantes qui avancent seules est obsolète. Pour innover, vraiment, elles sont aujourd’hui appelées à collaborer avec des sociétés plus petites, et notamment des startups. Cette mutualisation des savoirs et des compétences n’a que des avantages pour les deux parties prenantes :

  • Les grandes entreprises bénéficient des services de petites structures, agiles, talentueuses et innovantes. Les startups vont vite et sont souvent moins bloquées par les démarches administratives et les procédures industrielles. Phases de test, production, analyse, tout va plus vite à petite échelle ! L’entreprise collabore avec les startups, gagne en compétences, tout en restant compétitive. Ce partenariat améliore son image et lui permet de conquérir de nouveaux marchés.
     
  • Les startups bénéficient de financements plus importants, parfois de locaux et de matériel plus performants ou à moindre coût. Elles profitent aussi de l’ensemble du réseau de “l’entreprise mère” et gagnent en visibilité. Grâce à l’open innovation, les startups augmentent tout simplement leur espérance de vie.

Organisations : comment entrer dans l’open innovation ?

La création de la culture d’innovation est le point de départ de la démarche d’open innovation. Sans cette culture, la mise en place d’une démarche d’open innovation ne peut pas porter ses fruits.

En effet, la culture d’une entreprise, ses valeurs, objectifs, croyances aligne tous les employés et donne une trajectoire commune, un fil conducteur. Créer une culture qui accepte l’open innovation est donc primordial pour lancer ce nouveau processus. 

A travers les interviews de direction d’innovation au sein de grands groupes ayant déjà pleinement intégré l’open innovation dans leur entreprise, nous avons identifié les 4 conditions nécessaires à sa mise en place, sous forme d’étapes :

Étape 1 : Réunir les bonnes compétences et créer une vision commune autour du projet.

Pour déployer efficacement une démarche d’open innovation, il est essentiel de construire une solide équipe capable de mettre en œuvre l’open innovation.

L’équipe open innovation au sein d’une entreprise va devoir agir comme un phare. Elle va éclairer les autres équipes sur ses objectifs et forgera des liens entre les différents secteurs concernés. Cette équipe OI sera à la fois le guide et le point de référence de chaque projet. Il est important de solliciter des personnes créatives, ouvertes et curieuses d’esprit, unies autour d’une vision commune qui motivera les équipes et leur fixera un cap.

Étape 2 : Définir les axes stratégiques en accord avec la feuille de route de l’entreprise

Pour être pertinente, la démarche d’open innovation doit répondre aux enjeux stratégiques de la feuille de route définie par la direction générale. Mais surtout, répondre à une demande de la part des clients de l’entreprise et de la société. A l’heure où le changement climatique bouscule nos habitudes, les entreprises doivent s’interroger sur la finalité de leur stratégie d’innovation et questionner l’impact (création de valeur) que leur innovation aura sur le monde. 

Étape 3 : Innover en écosystème et s’entourer des bons partenaires

Innover en écosystème, c’est collaborer à plusieurs sur un projet durable et utile à tous les participants, même si en apparence, on ne partage pas les mêmes objectifs. Il est alors primordial de penser son innovation ouverte comme un projet commun, basé sur l’interaction de tous les acteurs, et pas comme un partenariat de profit.

L’écosystème pourra être partagé par deux, trois acteurs ou plus encore. L’organisation doit aussi veiller à ce que les partenaires partagent ses valeurs et sa vision de l’open innovation. Elle devra maintenir un dialogue constructif et constant avec chacun d’entre eux. Ensemble, ils œuvrent pour une innovation intelligente et constante.

Étape 4 : Travailler en lien avec les business units de l’entreprise

L’open innovation doit être fédératrice mais pour cela, il faut que l’ensemble de l’entreprise comprenne et adhère à la démarche. Toutes les équipes n’auront pas la même vision des choses puisque les sous-cultures peuvent être nombreuses dans une même entreprise.

Les identifier et dresser un portrait des motivations et des moteurs de chacune permettra d’avancer dans une direction commune. L’open innovation permettra alors de créer des liens entre les différents secteurs et fonctions commerciales de l’entreprise, par exemple en instaurant un dialogue de l’innovation entre la R&D et le top management. C’est seulement en créant ces liens et ce dialogue en interne que l’entreprise sera capable de nouer des partenariats avec des collaborateurs externes.

Il faudra alors ensuite s’entourer des bons partenaires en choisissant les leviers les plus logiques, les plus rentables et les plus performants.

Quels leviers pour développer l’Open Innovation ?

Plusieurs leviers sont alors proposés aux entreprises qui souhaitent développer l’open innovation :

  • Les projets collaboratifs : les grandes entreprises s’associent à de plus petites entreprises comme des startups, afin de créer un projet commun qui aura plus d’impact. Cela permet de gagner en compétence et en image, tout en réduisant les coûts R&D. Côté startup, les partenariats augmentent les chances de survie grâce au soutien, au rayonnement et au réseau de la grande entreprise.
  • Les incubateurs et accélérateurs : les grandes entreprises lancent un appel à projets pour recruter des startups partenaires et mener à bien leur projet d’innovation. Un programme d’accompagnement des startups permettra ensuite de développer des technologies potentiellement intégrées aux grandes entreprises
  • Les concours d’idées : ils sont souvent mis en place par des grandes entreprises ou les écoles. Le but est de se rapprocher des projets innovants et potentiellement, de les intégrer par la suite
  • Le corporate venture : une grande entreprise investit dans une petite entreprise innovante afin de promouvoir une innovation dans son secteur et d’explorer de nouveaux marchés,
  • L’open data : le savoir humain est encore plus fort lorsqu’il est partagé. Rendre ses données ouvertes, publiques et libres de droit est une nouvelle facette collaborative du monde de la recherche. Les données peuvent ainsi être exploitées et utilisées sans autorisation.

Un exemple d’entreprise ayant choisi l’open innovation pour grandir ? 

L’entreprise britannique BP a créé un pôle entièrement dédié à l’open innovation. Le géant de l’énergie souhaitait combiner innovations scientifiques et technologiques, les deux piliers de son activité, pour se positionner au sommet de la recherche. L’équipe open innovation de BP a permis de fédérer un réseau d’innovateurs apportant chacun ses compétences et des ressources supplémentaires pour accélérer la recherche.

Innover est aujourd’hui une nécessité pour les entreprises, et l’adaptation doit passer par l’ouverture vers des ressources externes. L’open innovation vient transformer l’écosystème de l’innovation dans un contexte hyperconcurrentiel, pourtant conscient que la mutualisation des forces est toujours productive. Elle permet aux entreprises de devenir plus résilientes, plus ouvertes et plus compétitives.

Les entreprises d’aujourd’hui doivent apprendre à maîtriser ces nouvelles démarches même si cela nécessite la création d’équipes dédiées, réactives, rayonnantes et attentives. L’innovation passe aujourd’hui par l’ouverture, le partage et la coopération.

Open Innovation-article-Marina Vassallo Rachline

INTERVIEWS EXPERTS

Open Innovation : quelles solutions dans le quotidien des grands groupes ?

L’open innovation semble être une solution d’avenir pour les entreprises. Associant collaboration, croissance et même développement durable, cette démarche vise la création d’un écosystème intelligent aux nombreuses répercussions positives. Comment l’open innovation a-t-elle été mise en place dans des grands groupes français tels que Vinci, EDF ou Michelin ? Zoom sur leurs visions des choses et partage de leurs bonnes pratiques.

L’open Innovation chez Vinci Energies : créer un écosystème pour venir à bout des problèmes complexes

Pour Vinci Energies, leader mondial des concessions, de l'énergie et de la construction, l’open innovation permet de traiter des problèmes complexes en écosystème. En effet, depuis quelques années, le géant fait appel à d'autres entreprises, centres de recherche, startups ayant les clés pour avancer, plutôt que de chercher longuement et péniblement ses propres solutions.

Selon Vinci, l’open innovation est un accélérateur piloté par le business, avec des gens du business, ouvert sur les meilleurs écosystèmes d’innovation. À travers son accélérateur, le groupe Vinci Energies souhaite scaler rapidement les startups qu’il soutient pour aider le développement de nouveaux modèles d’affaires au sein du groupe. 

Selon les équipes de Vinci, et partant du principe que toutes les entreprises peuvent être disruptées, l’open innovation  permet d’atteindre de bons résultats au-delà de l’innovation permise dans son propre écosystème. Les villes, les constructions intelligentes tout comme les smart energies doivent entrer dans cette démarche. C’est ainsi que le géant a racheté la startup Smart Grid Energy en 2016, et a créé une nouvelle business unit pour faire prospérer son modèle. Grâce à un programme personnalisé, avec des mentors et une équipe innovation dédiée, ce rachat a été une véritable réussite qui ouvre la voie à d’autres acquisitions.

Une nouvelle solution pour lutter activement et collectivement pour l’environnement : l’open innovation et EDF

EDF considère que l’on ne peut pas se passer d’open innovation dans le secteur de l'énergie, tout simplement parce qu’en pleine transition climatique, la plupart des solutions dont on a besoin n’existent pas encore. Il semble donc impératif pour le premier producteur et fournisseur d’électricité d’Europe de coopérer avec des startups, afin d'améliorer la performance de son groupe et l'attractivité de la marque employeur.

Pour EDF, l’OI n’est pas uniquement un processus, c’est aussi un état d’esprit qui doit se développer. Avec pour cible la décarbonisation, EDF considère l’OI comme une approche très locale : il faut innover pour lutter collectivement contre le changement climatique. L’open innovation ne vise donc pas uniquement la performance business d'une entreprise mais également son impact sur le collectif. 

Autre aspect que soulève EDF : bien établir un lien entre le travail avec les startups et le business model pour des résultats plus optimaux. Enfin, pour évaluer les méthodes d’open innovation, EDF conseille aux entreprises de s’attarder sur ses bienfaits et ses répercussions directes. Savoir et pouvoir démontrer la création de valeur, le changement effectué, est très important.

Accepter de collaborer et d’avancer ensemble, sans être intrusif. L’open innovation comme un grand partage 

Pour Michelin l’OI remet la notion de partenariat au cœur de tous les process. En effet, c’est en simplifiant les processus et les relations avec les startups partenaires qu’une entreprise peut accélérer la coopération et la mise en place des diverses procédures.  Toujours en se concentrant sur la coopération, Michelin a lancé une démarche open innovation autour du thème du changement énergétique, dans le but d’aider les flottes à se convertir en énergies hydrogène et électrique. Le groupe est aussi très attentif aux innovations sur les matériaux (pneus…). La démarche s’active à la fois autour des personnes ayant des compétences que les équipes Michelin ne possèdent pas ainsi que sur des points de vue différents, qui sont plus efficaces dans les domaines stratégiques. 

Ainsi, Michelin vise des startups qui sont en séries A et B et qui prennent des risques. Considérant que la propriété intellectuelle se partage, ils financent les startups et leur donnent de la structure tout en évitant d’être intrusifs. Selon eux, le processus doit être clair, la relation avec les startups banalisée, tout en faisant attention à bien communiquer avec celles-ci. Cela fait ainsi 6 ans que Michelin Ventures existe et les retombées économiques sont très positives : tout l’investissement dans le domaine trouve sa rentabilité assez rapidement.

Rédactrice : Marina Vassallo Rachline 

HUB
  Newsletters

Hebdomadaire ou bimensuelle, retrouvez dans votre newsletter un décryptage des tendances business d'actualité à partager avec vos équipes, un cas d'usage analysé par nos experts pour vous inspirer, ainsi qu'une sélection des solutions innovantes à déployer facilement.

HUB
  Radar

IA générative : Le BIG Recap

La newsletter linkedin qui analyse les actualités de l'IA générative et son impact sur vos transformations business et métiers.

Je m'abonne