Image
Web summit

Ces 12 startups préfigurent-elles le futur du travail ?

Par : Benoit Zante
7 novembre 2018
Temps de lecture : 5 min
Chapo

Pendant près d'une semaine, le Web Summit, à Lisbonne, a réuni 70 000 participants venus du monde entier. Un vivier dans lequel espèrent piocher des grands groupes parfois bien éloignés de la "tech", comme Tommy Hilfiger, Calvin Klein, Volkswagen, Bosch ou Procter & Gamble, venus en force avec leurs équipes de recrutement. Parmi les 1 800 startups exposantes, de nombreuses s'intéressent aussi au monde du travail et aux ressources humaines. Nous avons sélectionné les plus emblématiques des évolutions en cours dans cet univers.

Body

PaperWrk

Quoi ?

PaperWkr est une plateforme britannique pour la gestion des freelances et des contrats courts, afin de faciliter la vie des entreprises.

L'intérêt ?

Alors que le salariat devient une modalité de travail parmi d'autres, les entreprises ont de plus en plus recours à des indépendants et à l'externalisation pour certaines fonctions. Cela engendre de nouvelles complexités, administratives et culturelles. Si les employés sont gérés par les départements RH, les freelances sont le plus souvent gérés par les départements achat. Des process et des outils doivent être mis en place pour fluidifier la relation.

Edume

Quoi ?

Edume est une plateforme de micro-learning mobile qui travaille notamment avec Uber, pour former ses chauffeurs.

L'intérêt ?

Dans leur vie personnelle, les collaborateurs ont l'habitude d'utiliser leur smartphone au quotidien : celui-ci est donc un vecteur naturel d'information et de partage de connaissance pour l'entreprise, d'autant plus dans le contexte d'entreprises décentralisées, comme Uber. En adaptant les sessions de formation ou les processus d'onboarding aux interfaces mobiles, le micro-learning facilite la prise en main des formations. 

Mentorite

Quoi ?

Mentorite est une plateforme londonienne qui permet la mise en relation des employés avec des mentors, experts dans leur domaine.

L'intérêt ?

Les études sur les aspirations des générations Y et Z au travail soulignent l'importance qu'ils accordent au développement de leurs compétences tout au long de leur carrière. Ces nouveaux venus sur le marché du travail sont aussi demandeur d'accompagnement et de mentoring : leur offrir des outils comme Mentorite peut contribuer à mieux les fidéliser.

Glowbl

Quoi ?

Glowbl est une solution française de visioconférence qui facilite et optimise les échanges à distance. Elle permet de représenter un groupe de personnes, et entend stimuler et simuler les interactions humaines au plus proche du réel.

L'intérêt ?

Alors que les silos internes aux organisations explosent et que les frontières de l'entreprise s'élargissent, avec des collaborateurs pouvant être aussi bien à leur bureau, en déplacement, à domicile en télétravail ou encore hébergés dans un espace de co-working, les outils collaboratifs comme Glowbl sont amenés à occuper un rôle de plus en plus importants pour améliorer la productivité et la fluidité des organisations. 

Nomad X

Quoi ?

NomadX est une startup portugaise qui propose des espaces de “co-living” pour les freelances et les “digital nomads” qui ont la possibilité de travailler de partout dans le monde.

L’intérêt ?

A mesure que le télé-travail et les outils collaboratifs se développent, les employés n’ont plus besoin d’être physiquement présents à leur bureau 100% du temps : ils peuvent potentiellement travailler de partout dans le monde, pour de courtes durées. Pratiqué pour l’instant par une poignée d’indépendants, ce mode de travail nomade va-t-il se démocratiser ? De nombreuses startups se positionnent sur ce créneau, comme NomadX, mais aussi Remote-How, en Pologne, ou Outsite et Upflex, aux Etats-Unis.

Wellnest

Quoi ?

Wellnest est une startup belge qui propose aux entreprises une plateforme pour mesurer la santé, le bien-être et la productivité des employés.

L'intérêt ?

Dans un souci d'attractivité et de rétention des talents, de plus en plus d'entreprises mettent en place des programmes d'amélioration de la qualité de vie au travail. Reste à en mesurer l'efficacité, et, plus largement l'impact sur la productivité et les indicateurs "business" de l'entreprise : des plateformes comme Wellnest entendent le permettre.

Deskle

Quoi ?

Basé aux Etats-Unis, Deskle édite une solution de collaboration pour les équipes décentralisées.

L'intérêt ? 

Comment mener des réunions, des brainstorming ou des ateliers d'idéation lorsque les équipes travaillent en mode agile et sont réparties dans des espaces géographiques différent ? Des outils comme Deskle facilitent la collaboration, grâce à une interface d'échange, très visuelle, qui permet de suivre la progression des projets.

HPI - Human Predictive Intelligence

Quoi ?

Depuis Lyon, HPI développe un "CRM interne", pour orchestrer la gestion des relations entre l'entreprise et ses collaborateurs.

L'intérêt ? 

L'"expérience collaborateur" devient un levier de rétention pour les entreprises : habitués à des outils numériques fluides et performants dans leur vie personnelles, les collaborateurs attendent de leurs employeurs la mise à disposition d'outils internes répondant aux mêmes standards. 

Clevy

Quoi ?

La startup française Clevy conçoit des chatbots pour faciliter l'accès à l'information RH au sein des grands groupes.

L'intérêt ?

Avec le développement du web et du mobile, les individus sont habitués à avoir dans leur vie personnelle des relations directes et en temps réel avec les marques et les entreprises. Grâce à Google, l'information est accessible en quelques clics. En entreprise, l'accès à l'information est plus compliqué... Des outils, comme Clevy, qui reposent sur l'intelligence artificielle et des interfaces en langage naturel permettent de fluidifier les échanges internes aux entreprise, notamment sur les sujets RH.

Kazi

Quoi ?

Lancé en Belgique, Kazi utilise des algorithmes et des tests de personnalité pour évaluer les motivations et les aspirations des candidats lors du processus de recrutement.

L'intérêt ?

Les entreprises accordent de plus en plus d'attention aux "soft skills" des candidats, en complément de l'évaluation des compétences. Le "culture fit" est aussi un point important à prendre en compte, pour minimiser les risques d'erreur de recrutement. Grâce à des outils d'évaluation comme Kazi, les entreprises peuvent identifier les candidats les plus en adéquation avec leurs valeurs, tout en faisant remonter les insatisfactions latente chez leurs employés.

Yobs

Quoi ?

La startup américaine Yobs utilise la reconnaissance faciale et l'intelligence artificielle pour évaluer les candidats, à partir des vidéos des entretiens.

L'intérêt ?

Les recruteurs sont sans cesse en recherche d'outils et de solutions pour gagner du temps dans le processus de "screening" des candidats et minimiser les risques d'erreur de recrutement. L'intelligence artificielle est amenée à jouer un rôle croissant dans les processus de recrutement, pour simplifier le travail des recruteurs, qui pourront ainsi se concentrer sur les étapes où l'analyse humaine peut vraiment faire la différence.

School for Ninja

Quoi ?

School for Ninja est une application néerlandaise qui propose une solution ludique pour mieux comprendre et gérer son stress en entreprise.

L'intérêt ?

Réalité Virtuelle, Réalité Augmentée, gamification : les entreprises sont à la recherche de nouveaux moyens pour former et accompagner leurs collaborateurs, que ce soit dans l'optique de développer des compétences, via la formation continue, ou d'améliorer le bien être au travail. School for Ninja s'inscrit dans cette tendance, avec son "serious game". 

Profile picture for user benoit.zante
Benoit
Zante
Head of research

Il a plus de 8 ans d'expertise du digital et du marketing, développée au sein du magazine CB News, au planning stratégique de Publicis, puis chez Petit Web, dont il est le co-fondateur et où il a été rédacteur en chef de 2011 à 2018.